Nouvelle réglementation sur les médicaments et les soins oculaires en optométrie

Date de publication: 
19 juillet 2018

Le 19 juillet 2018, les règlements relatifs aux nouveaux privilèges thérapeutiques en optométrie entrent en vigueur. Ces règlements replacent la règlementation antérieure concernant l'administration et la prescription de médicaments par les optométristes ainsi que la dispensation de soins oculaires.

Les nouveaux règlements en question sont les suivants:

Voici les principales explications concernant la teneur et la portée de ces nouveaux règlements.

 

Qui est visé?

 

Tous les optométristes détenteurs du permis actualisé requis sont autorisés à réaliser davantage d’activités cliniques en matière de traitement pharmacologique e sont autorisés à réaliser davantage d’activités cliniques en matière de traitement pharmacologique et de dispensation de soins pour le traitement de certaines conditions oculaires.

Le permis actualisé est obtenu après avoir suivi une formation spécifique de 30 heures, telle que le programme de formation sur les nouveaux privilèges thérapeutiques du CPRO ou dans le cadre du doctorat en optométrie de l’Université de Montréal pour les finissants à compter de juin 2018.

À noter, pour obtenir le permis actualisé les optométristes doivent avoir complété la formation requise et obtenu préalablement le permis sur les médicaments thérapeutiques et les soins oculaires.

 

Quels sont les nouveaux privilèges ?

Les optométristes détenteurs du permis actualisé ont un cadre d’intervention plus autonome pour le traitement de certaines conditions oculaires et un élargissement du droit de prescrire les médicaments requis à cette fin.

ACTIVITÉS CLINIQUES

- Dispenser les soins oculaires suivants :

  • Extraction de corps étrangers de la surface de l’œil et les soins complémentaires requis
  • Occlusion des points lacrymaux

- Traiter la kératite infiltrative

- Traiter l’uvéite antérieure

- Traiter les atteintes herpétiques suivantes :

  • Herpès simplex
  • Zona ophtalmique

- Traiter le glaucome primaire à angle ouvert

 

Voir le Guide de collaboration optométristes et médecins ainsi que les guides d’usage optimal (GUO) de l’INESSS) pour connaître le cadre d’application (liens ci-dessous).

 

MÉDICAMENTS AUTORISÉS

De façon générale, les optométristes détenteurs du permis actualisé peuvent aux fins du traitement de certaines conditions oculaires administrer et prescrire :

  1. toutes les gouttes ophtalmiques;
  2. certains médicaments oraux;
  3. tous les médicaments en vente libre.

 

Plus précisément, voici les conditions et modalités prévues par le règlement :

1. Tous les médicaments ophtalmiques topiques, à l’exclusion de la cocaïne et des préparations antibiotiques magistrales, sous réserve des restrictions suivantes :

  • les immunosuppresseurs, uniquement pour le traitement de la sécheresse oculaire;
  • les antiglaucomateux, aux fins du traitement de certaines conditions glaucomateuses (des conditions s’appliquent à ce sujet – voir les règlements et les guides) et aux fins suivantes :
    • les miotiques, pour l’examen des yeux;
    • les analogues de prostaglandine, pour le traitement de l’hypotrichose.

 

2. Les médicaments oraux suivants :

 

3. Tout autre médicament, vitamine ou produit de santé naturel, topique et oral « en vente libre », soit ceux qui ne sont pas visés à l’annexe I du Règlement sur les conditions et modalités de vente des médicaments (chapitre P-10, r. 12).

 

À noter que les combinaisons des médicaments, des vitamines et des produits de santé naturels sont généralement permises.

 

Enfin, pour déterminer si un médicament particulier peut être administré ou prescrit par un optométriste, l’Ordre rend disponible un moteur de recherche destiné à cette fin. Ce moteur de recherche est actuellement en cours de révision afin d’intégrer les changements réglementaires.

 

 

Documentation utile

1. Guide de collaboration entre optométristes et médecins;

Les formulaires de collaboration et de références inclus dans le Guide de collaboration sont aussi disponibles en ligne.

 

2. Guides d’usage optimal (GUO) de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) :