L'optométriste: formation, services, types de pratique, etc.

Sa formation et sa pratique

La formation requise pour devenir optométriste

Il faut détenir un doctorat en optométrie d'une institution universitaire reconnue ou détenir un autre diplôme ou une formation jugé équivalent.

Au Québec, l’École d’optométrie de l’Université de Montréal offre un programme de formation universitaire de premier cycle conduisant au diplôme de docteur en optométrie (O.D.). Il est aussi possible de poursuivre des études de deuxième cycle, soit au niveau de la maîtrise (M.Sc.) ou d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (D.E.S.S.), permettant à un optométriste d’approfondir ses connaissances et de réaliser des recherches dans le domaine de la vision.

Voir aussi : Diplômés hors Québec

Les services offerts par les optométristes

Les services offerts par les optométristes peuvent être présentés comme suit:

  • Examen des yeux et analyse de la fonction visuelle (examen oculo-visuel), avec ou sans médicaments;
  • Traitement des déficiences visuelles, au moyen de l’orthoptique (rééducation visuelle), de lentilles ophtalmiques, en lunettes ou sous forme de lentilles cornéennes;
  • Traitement de plusieurs conditions oculaires (conjonctivites, blépharites, uvéites, corps étrangers, etc.) par l’administration ou la prescription de médicaments ou par la dispensation de soins appropriés;
  • Collaboration avec d’autres professionnels de la santé, notamment les médecins ophtalmologistes, pour le suivi de patients ayant subi une chirurgie réfractive ou aux prises avec certaines conditions telles que le glaucome et le diabète;
  • Conseils pour prévenir les troubles visuels et promouvoir les moyens favorisant une bonne vision.
Couverture des services optométriques et frais applicables

Certains services offerts par les optométristes sont couverts, en totalité ou en partie, par la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), alors que d'autres sont à la charge des patients ou peuvent, selon le cas, faire l'objet d'un remboursement par un assureur privé ou un employeur.  Les règles à ce sujet étant complexes, le patient devrait généralement se présenter en possession de sa carte d’assurance maladie, mais doit également s'attendre à ce que certains frais soient exigés.

Il n'appartient pas à l'Ordre des optométristes du Québec de déterminer quels sont les services couverts ou non par la RAMQ ou, autrement, par un assureur privé ou par un autre tiers-payeur.  Dans le cas de la RAMQ, il est notamment possible de consulter les informations diffusés dans son site web sur la couverture des services optométriques.

Voici, à tire indicatif seulement, certaines informations sur la couverture des services par la RAMQ:

  • Exemples de certains services optométriques couverts par la RAMQ:
    • L'examen oculovisuel pour les personnes de 0 à 17 ans, de 65 ans et plus ainsi que les prestataires de la sécurité du revenu;
    • Dans le cas d'une urgence oculaire ("oeil rouge" par exemple), l'évaluation est couverte pour l'ensemble de la population, à l'exclusion de la prise en charge du traitement;
    • L'examen extensif du fond d’œil sous dilatation est couvert pour une personne âgée entre 0 à 17 ans et de 65 ans et plus ayant un diagnostic connu de diabète et qui est traitée au moyen de comprimés ou d’injections ainsi que pour une personne présentant une myopie de 5.00 dioptries ou plus.
  • Exemples de certains services optométriques non couverts par la RAMQ (donc à la charge du patient):
    • L'examen oculovisuel pour les personnes de 18 à 64 ans, sauf exception;
    • L'examen extensif du fond d’œil sous dilatation, sauf exception (voir ci-avant, pour les patients diabétiques et pour les personnes présentant une myopie de 5.00 dioptries, selon l'âge);
    • La prise en charge du traitement d’une urgence oculaire (les frais exigés peuvent varier, selon la complexité notamment);
    • La gonioscopie (évaluation de l’angle iridocornéen);
    • La pachymétrie (mesure de l’épaisseur cornéenne);
    • La photographie du fond d’oeil.

Les étapes usuelles d’un examen oculovisuel

Aux fins d’un examen oculovisuel, l’optométriste effectue en premier lieu une histoire de cas. Il s’intéresse aux plaintes du patient ainsi qu’à son état de santé général et oculaire. Il s’enquiert aussi des antécédents familiaux tels que le diabète, le glaucome, les cataractes, etc.

Par la suite, il poursuit son évaluation des habilités visuelles de coordination, d’alignement et de mise à foyer des yeux à l’aide d’instruments et de techniques appropriés et évalue la santé oculaire de son patient.

Enfin, à partir des résultats obtenus, il pourra élaborer son plan de traitement, incluant notamment la prescription de lentilles ophtalmiques, de rééducation visuelle ou de médicaments.

Les types de pratique

La majorité des optométristes exercent en pratique privée, soit seuls ou en société. On en rencontre aussi dans les établissements de santé et dans des centres médicaux, avec d’autres professionnels de la santé. Certains œuvrent également en milieu industriel et en milieu scolaire à titre de consultants. D’autres occupent des postes administratifs, pour le gouvernement ou pour divers organismes.

L’exercice de l’optométrie se présente sous de multiples facettes. Des optométristes s’orientent vers des formes de pratique plus spécifiques, comme l’orthoptique (rééducation visuelle) par exemple, où ils utilisent des exercices, des lentilles, des prismes et divers instruments pour traiter le strabisme et d’autres problèmes visuels. D’autres concentrent la majeure partie de leur exercice dans le domaine des lentilles cornéennes, de la basse vision, de la gériatrie ou, encore, de la collaboration avec les médecins ophtalmologistes notamment dans le traitement de diverses amétropies par la chirurgie au laser.

Est-ce que tous les optométristes sont autorisés à administrer et à prescrire des médicaments?

Non. Pour l’instant, seuls les optométristes qui détiennent des permis spéciaux, obtenus après avoir complété une formation particulière, peuvent administrer ou prescrire des médicaments, soit aux fins de réaliser un examen oculo-visuel ou soit à des fins de traitement.

Voir notamment la rubrique Médicaments thérapeutiques et soins oculaires pour en savoir plus sur l’utilisation de médicaments à des fins thérapeutiques par un optométriste. À noter que ces informations concernent uniquement le permis spécial relatif à l’utilisation de médicaments à des fins de traitement. L’utilisation de médicaments aux fins de l’examen des yeux est visée par un permis spécial distinct.

L’optométriste, l’ophtalmologiste et l’opticien d’ordonnances

La différence entre un optométriste, un ophtalmologiste et un opticien d’ordonnances

L’optométriste (O.D.)

  • Est détenteur d’un doctorat acquis au terme d’un programme de formation universitaire de cinq (5) ans.
  • Son rôle est de procéder à l’examen des yeux et de la vision ainsi que de détecter les pathologies oculaires et les problèmes oculo-visuels. Il est également apte à prescrire, à vendre et à ajuster des lentilles ophtalmiques, que ce soit sous forme de lunettes ou de lentilles cornéennes.
  • L’optométriste détenteur des permis spéciaux est habilité à administrer et à prescrire des médicaments aux fins de l’examen des yeux et du traitement de certaines conditions pathologiques oculaires.  S’il y a lieu, il traite les différents problèmes décelés ou dirige le patient vers d’autres professionnels compétents.
  • Il est un professionnel de la santé de première ligne, la porte d’entrée des services oculovisuels.
  • Il est membre de l’Ordre des optométristes du Québec.

L’ophtalmologiste (M.D.)

  • Est détenteur d’un doctorat en médecine et a complété une formation spécialisée dans le domaine de l’ophtalmologie.
  • Son rôle est de diagnostiquer et de traiter les pathologies oculaires, en utilisant et en prescrivant les médicaments appropriés ou en effectuant les interventions chirurgicales qui s’imposent.
  • Il est membre du Collège des médecins du Québec.

L’opticien d’ordonnances (O.O.D.)

  • Est détenteur d’un diplôme d’études collégiales obtenu au terme d’un programme de formation de trois ans.
  • C’est un professionnel habilité à vendre et à ajuster des lentilles ophtalmiques selon l’ordonnance émise par l’optométriste ou l’ophtalmologiste.
  • Il est membre de l’Ordre des opticiens d’ordonnances du Québec.