Surveillance de la pratique

Inspection professionnelle

Le mandat du comité d’inspection professionnelle (CIP) de l'Ordre consiste essentiellement en la surveillance générale de l’exercice de la profession par les membres de l’Ordre. Le CIP procède ainsi à la vérification des dossiers, livres et registres tenus par les optométristes, ainsi que les médicaments, produits, substances, appareils et équipements relatifs à cet exercice de même qu’à la vérification des biens confiés par les patients. Dans certains cas où des questions sont soulevées relativement à la compétence d’un optométriste, le CIP pourra également faire enquête et, s’il y a lieu, faire des recommandations pour que l’optométriste en question puisse corriger les lacunes identifiées et, ultimement, recommander l’imposition de stages et des cours de perfectionnement.

Bref, le processus d'inspection professionnelle a pour objectif d’aider les optométristes à maintenir une pratique de qualité et, dans les cas où des lacunes sont identifiées, à les corriger.

Processus disciplinaire

Le syndic de l’Ordre reçoit les demandes d’enquêtes (plaintes) du public et s’occupe du suivi qui en découle.

Pour ce faire, il réalise une enquête.

S’il juge que l’optométriste est fautif, le syndic peut transmettre le dossier au comité d'inspection professionnelle, proposer la conciliation entre les parties ou adresser des recommandations à l’optométriste.

S’il juge que la faute l’exige, le syndic peut porter plainte devant le conseil de discipline.

Pour en savoir plus à ce sujet, consultez la page : Demande et processus d’enquête.

La répression de l'exercice illégal de l'optométrie et de l'usurpation du titre d'optométriste

L’Ordre assure la surveillance de la pratique illégale de l'optométrie et de l’usurpation du titre d’optométriste. Il veille ainsi, par le biais d’enquêtes et, lorsque nécessaire, de recours judiciaires de nature pénale, à ce que des personnes qui ne sont pas optométristes n'exercent pas l’optométrie au Québec et qu'elles n'utilisent pas le titre professionnel d'optométriste. L’objectif est d’assurer que le public ne soit pas induit en erreur quant aux qualifications d’une personne qui prétend pouvoir offrir des services oculo-visuels et que seules les personnes autorisées, dont notamment les optométristes, puissent offrir de tels services.

Admission à la pratique de l’optométrie

L’Ordre gère le processus d’admission à la pratique en encadrant la délivrance de permis d’exercice. Cela signifie que, pour être admis à l’Ordre, une personne doit démontrer posséder la formation requise et les compétences nécessaires pour pratiquer l’optométrie.

Cette activité comprend également l’évaluation des demandes d’équivalence des diplômés hors Québec.

Formation continue des optométristes

L’optométrie étant en constante évolution, une politique de formation continue oblige les optométristes à compléter 45 heures de formation par période de 3 ans.

L’Ordre reconnaît par ailleurs des dizaines d’activités de formation continue chaque année à l’intention de ses membres.

Pour plus d’information concernant la formation continue en optométrie, voir les liens suivants :