Le jugement professionnel et l'utilisation des données probantes en optométrie

Depuis plusieurs années, l’offre de soins de santé combinant jugement professionnel et données probantes, aussi connue sous le nom « evidence-based practice », devient incontournable chez les professionnels de la santé. Ce concept est d’autant plus important aujourd’hui alors que les patients effectuent de plus en plus leur propre recherche afin d’en connaître davantage sur leurs problèmes de santé et sont ainsi plus exigeants envers le professionnel de la santé qu’il consulte, afin que celui-ci trouve une solution rapide et efficace à leur problème de santé.

L’optométrie n’échappe pas à cette tendance et déjà, en 2009, le Review of Optometry[1] faisant paraître un article sur le sujet intitulé « The Case for Evidence-Based Eye Care ». Depuis, plusieurs associations du milieu de l’optométrie ont pris des positions officielles comme l’Association canadienne des optométristes qui en 2017 annonçait :

Les optométristes doivent prendre des décisions fondées sur des données probantes en tenant compte des résultats de recherche, de l’expérience et des connaissances, dans la mesure du possible, y compris lorsqu’ils collaborent avec d’autres professionnels des soins de santé pour la prestation des soins aux patients. L’approche fondée sur des données probantes doit aussi être adoptée par les optométristes qui travaillent à la recherche, à l’éducation et à la réglementation, le cas échéant.[2]

L’Ordre des optométristes s’est engagé dans cette voie et travaille à mettre à jour tous les guides cliniques de pratique pour s’assurer que ceux-ci respectent ce principe des données probantes, lorsque celles-ci sont disponibles.

Bien sûr, les guides de l’Ordre ne peuvent couvrir tous les questionnements que les optométristes peuvent avoir au quotidien. Dans un contexte d’accélération des savoirs, il est essentiel pour les optométristes d’avoir accès et de maîtriser les outils qui permettent l’accès aux études pertinentes.

Voici quelques illustrations d’approches basées sur les données probantes en optométrie :

  • Gestion de cas de patients avec de perte de vision liée à la dégénérescence maculaire liée à l’âge : données provenant de l’étude AREDS;
  • Gestion de la rétinopathie diabétique : données tirées des études Diabetes Control and Complications Trial (DCCT) et United Kingdom Prospective Diabetes Study (UKPDS), Diabetic Retinopathy Study (DRS, Early Treatment Diabetic Retinopathy Study (UKPDS))

Un autre article intéressant sur le sujet paru en 2013 dans Primary Care Optometry[3] rappelle qu’une pratique optométrique combinant le jugement professionnel et l’offre de soins fondés sur des données probantes est pertinente lorsque vous êtes questionné par les patients notamment quant à :

  • L’utilisation du médicament générique en remplacement de l’original pour le traitement d’une pathologie;
  • La meilleure solution en termes de port de lentilles cornéennes dans les cas de sécheresse et fatigue oculaire;
  • La pertinence de prise de vitamines dans la prévention de la DMLA.

En plus de l’accès aux revues scientifiques qui vous est offert pour une période d’essai, il existe plusieurs autres ressources intéressantes afin de vous épauler dans la recherche de données, dont les suivantes :

  1. Recherche sur l’éditeur Wolter Kluwers : voir le Guide de référence rapide de Wolters Kluwer.
  2. Bibliothèques de l’Université de Montréal, section « Optométrie, ophtalmologie et sciences de la vision », consulté son site Web.
  3. Bibliothèque de l’Université de Waterloo,« Optometry and Vision Science Research Guide », consulté son site Web.


Références :

  1. Cavallerano, A., «The Case for Evidence-Based Eye Care», Review of Optometry, 17 août 2009, Consulté le 7 février 2019.
  2. Association canadienne des optométristes, « Prise de décisions fondée sur des données probantes en optométrie », mai 2017, consulté le 7 février 2019.
  3. DePaolis, M.D., « Enhance patient needs, clinical experience with evidence-based practice », Primary Care Optometry News, avril 2013, consulté le 7 février 2019.