Coronavirus (COVID-19): Informations importantes

Les informations destinées particulièrement aux optométristes sont disponibles ci-après.

 


COMMENT NOUS JOINDRE PENDANT LA PANDÉMIE?

Voir les indications sur cette page.

 


INFORMATIONS POUR LE GRAND PUBLIC

DÉCONFINEMENT DES SOINS OCULOVISUELS: Reprise des activités régulières dans les cabinets d’optométristes et d’opticiens d’ordonnances annoncée pour le 1er juin prochain 2020

. . . .


À COMPTER DU 1er JUIN 2020, les optométristes seront autorisés à reprendre leurs activités régulières en s'adaptant aux mesures sanitaires émises par l'Ordre des optométristes pour la reprise.

. . . .

D'ICI LE 1er JUIN 2020, en raison des circonstances actuelles liées à la pandémie du coronavirus (COVID-19) et des directives gouvernementales, les optométristes doivent limiter leur offre de services.

Plusieurs optométristes restent toutefois disponibles pour répondre à des besoins urgents et pour l'offre de produits oculovisuels. Nous vous invitons à d'abord contacter votre optométriste par téléphone pour vérifier ses disponibilités, avant de vous rendre à son bureau.

Pour trouver les coordonnées d'un optométriste, cliquez ici.

Voici la liste à jour (actualisée en continue) relativement aux bureaux d'optométristes qui offrent des services d'urgence et de téléoptométrie dans  le contexte de la pandémie.

 


DIRECTIVES ET RECOMMANDATIONS ACTUALISÉES POUR LES OPTOMÉTRISTES

Le gouvernement du Québec a annoncé le 20 mai dernier la reprise des activités régulières partout au Québec le 1er juin prochain dans les cabinets privés de professionnels, dont les optométristes et les opticiens d’ordonnances. 

. . . .

À COMPTER DU 1ER JUIN 2020

Étant entendu que la pandémie est loin d’être terminée et que les optométristes  devront adapter leurs pratiques suivant les recommandations émises conjointement par l’Ordre des opticiens d’ordonnances et l’Ordre des optométristes.

Il s’agit là d’abord d’une question de protection du public et d’une obligation déontologique pour les professionnels, mais aussi, d’une obligation liée à la responsabilité qu’ils peuvent encourir à titre d’employeurs en matière de santé et sécurité au travail de leur personnel, et, plus largement, au plan de la responsabilité civile, pour les préjudices qui pourraient résulter de leurs activités, en lien avec la transmission du virus dans la communauté par exemple.

Il y a aussi bien sûr des enjeux réputationnels pour l’ensemble du secteur oculovisuel et pour chacun des bureaux qu’on y retrouve.

 

OUTILS POUR LA REPRISE DES ACTIVITÉS RÉGULIÈRES

Guide CNESST pour les employés non professionnels

Les professionnels qui ont des employés à leur charge sont invités à consulter la trousse produite par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

 

Guide conjoint Ordre des optométristes et Ordre des opticiens d'ordonnances

Les indications données par la CNESST recoupent, pour l’essentiel, celles indiquées dans les recommandations émises par les deux ordres.


Autre outil complémentaire aux recommandations et bonnes pratiques pour les activités professionnelles dans un contexte de pandémie

Suite à la diffusion des différentes mesures d’adaptation de la pratique plusieurs questionnements ont circulés sur les mesures proposées ainsi que certaines les bonnes pratiques mises en place dans les cliniques.

Afin de répertorier les questions et y répondre ainsi que de diffuser les bonnes pratiques de certains membres, l’Ordre constitue actuellement un document sommaire qui est disponible en ligne et qui sera mis à jour en continue. Il est possible de consulter le sommaire ici.

Nous vous invitons à nous faire part de vos questions et/ou bonnes pratiques par courriel à pratiqueod@ooq.org

. . . .

D'ICI LE 1ER JUIN 2020

De façon à assurer, en autant que possible, une application cohérente et fonctionnelle de cette nouvelle interprétation, tout en respectant les règles gouvernementales, l’Ordre des optométristes et l’Ordre des opticiens d’ordonnances ont convenu de ce qui suit:

  1. Examens oculovisuels et autres activités optométriques (incluant prescription de lentilles ophtalmiques ou de médicaments, soins oculaires, orthoptique, etc.): Ces services restent limités aux services d’urgence, suivant le jugement professionnel de l’optométriste et la notion actualisée d’urgence proposée par l’Ordre (voir ci-après). La téléoptomérie devrait être favorisée le plus possible.

 

  1. Dispensation de lentilles ophtalmiques (pose, ajustement, vente et remplacement): Ces services relevant d’un champ d’exercice partagé entre les optométristes et les opticiens d’ordonnances, ils ne seraient donc plus limités aux services d’urgence, peu importe le bureau dans lequel ils sont rendus (que le propriétaire ou exploitant soit, en totalité ou en partie, un optométriste ou un opticien d’ordonnances). Ceci dit, les risques liés à la pandémie étant encore très présents, il convient de faire preuve de prudence à ce sujet et de favoriser, le plus possible, la télépratique (pour des renouvellements en lentilles cornéennes par exemple).

 

  1. Mesures de sécurité: Obligation pour les optométristes et les opticiens d’ordonnances de suivre, dans tous les cas, les recommandations conjointes sur les mesures de sécurité à prendre en contexte de pandémie.

 

 

Notion actualisée des services d'urgence

Les optométristes sont invités à exercer leur jugement professionnel à cet égard, en cherchant un équilibre adéquat entre la réponse aux besoins prioritaires de la population et la sécurité en lien avec les risques toujours très actuels découlant de la pandémie, certaines régions étant plus affectées que d'autres. Ils doivent notamment tenir compte des recommandations de l'Ordre relativement aux mesures à prendre en vue d'assurer une pratique sécuritaire dans les circonstances de la pandémie.

Les optométristes devraient, dans l'exercice de leur jugement professionnel relativement à la notion d'urgence et aux services qu'ils offrent, tenir compte des règles de déconfinement applicables à leur région, même si elles sont surtout établies pour le commerce de détail et les milieux scolaires, et non pas pour les cabinets de professionnels. Ces règles constituent sans doute un bon baromètre du niveau de risque dans chaque région. Si dans une région donnée, le commerce de détail et les écoles n'ont pas encore obtenu le feu vert pour une reprise d'activités, c'est sans doute qu'il y aurait lieu d'être encore plus prudent ou réservé dans l'offre de services professionnels.

Voici donc la notion d'urgence révisée:

Exemples de services optométriques urgents, donc autorisés:

  • Flashs et flottants récents
  • Baisse de vision récente pour laquelle l’optométriste juge qu’une investigation urgente est nécessaire 
  • Perte de champ visuel soudaine
  • Oeil rouge douloureux
  • Corps étranger soupçonné
  • Tout nouveau strabisme ou strabisme connu qui empire
  • Diplopie
  • Anisocorie non préalablement diagnostiquée
  • Nouvelle ptose
  • Maux de tête inexpliqués
  • Référence urgente d’un médecin ou d’un autre professionnel
  • Examens de suivis nécessaires:
    • Pour traitement d’amblyopie en cours
    • Pour les patients sous traitement médicamenteux qui devaient être revus (ex. atropine pour contrôle de myopie ou pour pénalisation optique, anti-inflammatoire, etc.)
    • Pour les patients présentant des conditions oculaires non stabilisées ayant une incidence potentielle sur la vision (glaucome, DMLA, rétinopathie diabétique, etc.)
    • Pour les patients en lentille de spécialité qui devaient être revus pour suivi (OrthoK, kératocône, greffe cornéenne, etc.)
  • Dans le cas de bris ou de perte de lunettes, une réfraction est permise en vue de l’émission d’une ordonnance en l’absence d’une ordonnance valide. 
  • Selon jugement clinique, toute situation qui pourrait causer un préjudice visuel à long terme s’il n’est pas vu dans un délai raisonnable.
  • Selon jugement clinique, toute situation qui pourrait causer un préjudice visuel à long terme s’il n’est pas vu dans un délai raisonnable,
  • En matière de pose, ajustement, vente et remplacement de lentilles ophtalmiques, des services courants peuvent être offerts, mais si le niveau de risque régional est trop élevé suivant le plan de déconfinement établi par le gouvernement, les activités en cette matière devraient se limiter à ce qui suit:
    • Réparation de lunettes
    • Changement de pièces sur une monture brisée
    • Remplacement de monture en cas de bris ou de perte
    • Dans ces cas, un nouveau choix de monture et la prise de mesures sont permis
    • Ajustement nécessaire à une utilisation adéquate d’une lunette
       

Exemples de services optométriques non urgents, donc non autorisés:

  • Examen de routine
  • Suivi dilatation de routine
  • Ajustement en lentilles cornéennes chez un nouveau porteur, sauf exception (greffe cornéenne, aphaquie, etc.)
  • Formulaire SAAQ
  • L’achat d’une lunette pour se prévaloir de la subvention gouvernementale pour les enfants de moins de 18 ans.


Téléoptométrie (télépratique) et télétravail


En ce qui concerne la téléoptométrie et le télétravail :

  • La téléoptométrie est autorisée pour offrir au public tout type de services, urgents ou non, de même que le télétravail pour des fins administratives internes du bureau.
     
  • La vente de produits ophtalmiques (lunettes et lentilles cornéennes) à distance ou en ligne (site web transactionnel, téléphone, etc.), est permise pour répondre à tout type de besoin, urgent ou non, incluant la livraison de produits au domicile du patient. Il peut également être possible d’offrir le ramassage des produits ophtalmiques répondant à des besoins non urgents, avec remise à l’extérieur du bureau (pour éviter la contamination du bureau, d’autres patients et du personnel), dans une boîte ou une installation à l’extérieur du bureau.
     
  • L'Ordre a déjà indiqué que dans le contexte actuel, les règles sur la téléoptométrie doivent être appliquées avec souplesse, mais il ne faut pas non plus que les optométristes s'engagent dans des services ne respectant pas les exigences minimales au plan déontologique. En savoir davantage sur la téléoptométrie dans le contexte du COVID-19.

 

Recommandations particulières pour la pratique optométrique : contexte de pandémie (COVID 19)

Dans le cadre de leur pratique, les optométristes doivent suivre les recommandations émises conjointement par l'Ordre des optométristes du Québec et l'Ordre des opticiens d'ordonnances du Québec.


Services d'urgence et ressources disponibles en optométrie et en ophtalmologie

Liste des ressources optométriques disponibles

Voici la liste à jour (actualisée en continue) relativement aux bureaux d'optométristes qui offrent des services d'urgence et de téléoptométrie.

Voici le formulaire à compléter par un optométriste, pour ajouter ou modifier une déclaration relative aux services d'urgence offerts ou aux services offerts en téléoptométrie.

Pour plus d'information sur la coordination et la collaboration entre optométristes et ophtalmologistes pour offrir les services d'urgence, ainsi que la possibilité pour les optométristes de contribuer au fonctionnement du réseau de la santé, voir cette page: COVID-19: Collaboration interprofessionnelle et contribution à l'offre de services à la population

Listes de ressources ophtalmologiques disponibles

Voici la liste des ressources ophtalmologiques disponibles, avec les coordonnées correspondantes, établie par  l'Association des médecins ophtalmologistes du Québec.

     

    Autres sources d'information

    Toutes les nouvelles